::Un petit coin de banquise::

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, 30 mars 2014

L'essentiel est sauf.

Bon.

Le Mogwaï parle depuis quelques semaines. Enfin "parle", c'est un bien grand mot, mais il connaît pas mal de mots, même si ce n'est pas toujours facile de les comprendre ou qu'il peine à en enchaîner plus de deux. Néanmoins, rien qu'à cette étape, je pense que le minimum est acquis. Au risque de paraitre vieille conne, il sait dire "bonjour", "s'il-te-plaît" et "merci". Et surtout, il sait que le pirate fait "yaaaahaaar", et qu'un abordage c'est "pouic pouic pouic, houmba !". L'essentiel est là, j'vous dis.

Bon, on occultera le fait qu'il sache aussi dire "ça pue", hein, vous serez gentils.

Et sinon, en parlant de pirates, j'ai découvert par hasard l'excellent travail d'illustration du studio Bomboland, notamment sur "Treasure Island", de Stevenson. C'est publié chez ELI Edizioni, c'est juste magnifique et ça donne très très envie d'acheter le livre CD, même s'il est en anglais !

mardi, 11 février 2014

Les héros du Bescherelle

Aujourd'hui, j'ai utilisé sans arrière-pensée le verbe "convaincre" à l'imparfait lors d'une discussion courante sur mon chantier. Sur le coup, c'est sorti tout seul, mais mes interlocuteurs m'ont regardée avec une mine plus que circonspecte.
Je me suis donc interrompue, inquiète d'avoir possiblement commis une boulette et, d'un commun accord, nous avons reformulé "ça ne me convainquait pas vraiment" en "ça ne m'a pas vraiment convaincue". Évidemment, le passé composé, c'est l'arme des faibles. Mais il faut avouer qu'à l'oreille, ça "s'entend" mieux.

Néanmoins, je ne me suis pas déclarée vaincue : j'étais convaincue (aha) d'avoir raison et j'ai horreur de dire des bêtises en matière de grammaire ou d'orthographe. J'en veux pour preuve que l'un de nos arguments pour mettre en route le Mogwaï était "nous devons sauver l'orthographe de ces hordes de boutonneux utilisant sans vergogne le langage SMS". Du coup, comme je n'ai pas de Bescherelle dans mon sac à main, j'ai dégainé le smartphone et ai enfin donné à la 3G une utilité reconnue : je suis allée vérifier sur "Le Conjugueur".

Et donc, j'avais raison. 

Je profite de ce billet pour faire une nouvelle fois l'apologie d'une orthographe et grammaire soignée, dans tous les domaines : qu'on poste sur un blog, sur facebook, qu'on envoie un mail (perso ou pro), un SMS ou, pire, qu'on envoie un CV ou une lettre de motivation, berdol, il faut un minimum.
Sérieusement, lire des mails professionnels avec une faute tous les trois mots, ça pique les yeux. Lire des fils de discussion sur FB ou forum en langage SMS, c'est parfois à la limite du compréhensible.

Une orthographe correcte est gage d'un minimum de sérieux et vraiment nécessaire si on ne veut pas passer pour un guignol dans le monde du travail. Alors même si je suis évidemment loin d'être infaillible, au moins, quand je ne sais pas ou ai un doute, je fais l'effort de vérifier. Avec internet c'est l'affaire de deux clics, donc à la portée de chacun, et ça permet de continuer à s'améliorer, même si on n'a aucune envie de participer à la dictée de Pivot.

Pour finir sur ce sujet, des réformes passent régulièrement, et avec Mogwaï qui ira un de ces quatre à l'école, je commence à me dire qu'il faudra que je me mette à la page : changements dans l'utilisation des traits d'unions, simplification du pluriel des noms composés, suppression quasi systématique des accents circonflexes (mais pourquoi tant de haine ?)... Pour ne pas taper à côté de la plaque quand le petiot fera ses dictées, il est possible de "réactualiser sa base de données" en faisant un tour, par exemple, sur ce site.

Que la force du Bescherelle soit avec vous les amis, allez en paix dans les méandres de l'internet et à bientôt !

lundi, 20 janvier 2014

Et si jamais...

... l'envie me reprenait de poster de temps à autre ?
Je ne parviens pas à me résoudre à fermer ce blog qui a vu passer tant de choses.
Pourtant, soyons lucides : j'y poste une fois tous les tremblements, parfois des extraits de projets en cours (mais la plupart du temps, je ne peux pas y mettre grand chose tant que ce n'est pas fini), ne trouve plus le temps de dessiner (mais ça reviendra peut-être grâce au Mogwaï)...

Alors bon, disons qu'on est en stand by. Peut-être que de temps à autre je posterai quelque chose, mais il ne faut pas s'attendre à un rythme de parution de fou (normalement, c'est en disant ça que ça va me motiver pour poster plein de petites anecdotes).

Disons que les flux RSS seront vos amis ^^

Pour les dernières nouvelles en date (certains suivent peut-être encore vaguement), Mogwaï a un an et demi et est une véritable tornade de sourires et joie de vivre, mon chantier de Centre des Congrès touche à sa fin (encore 4/5mois a priori), et on envisage de changer de maison pour avoir un peu plus grand. Ah, et j'ai les cheveux courts depuis quelques mois maintenant.

Voilà pour le point trimestriel :P

Et puis, au passage... Bonne année 2014 !

A bientôt les amis !

dimanche, 1 septembre 2013

Hardi Moussaillon !

Je viens de me rendre compte que je n'avais même pas publié pour les 1 an du Mogwaï. Car oui, contrairement à ce que laisse entendre ce layout qui a déjà un an et demi (ptain ça file), le Mogwaï est là, et bien là, depuis bientôt 15 mois.

Et donc, pour le premier anniversaire de la bête, on avait décidé de se marrer sur le gâteau. On a donc fait un gâteau pirate. Yaaar ! En cherchant un peu sur internet, j'ai trouvé plein d'idées, et je me suis jetée à l'eau.

Voilà mon oeuvre (sans la mer en crème anglaise + colorant bleu qui en fait un joli vert lagon) :

On a déjà plein d'idées pour l'année prochaine (d'autant que d'ici là, il pourra aussi mettre la main à la pâte, pour plus de fun encore) !

samedi, 31 août 2013

"Quel bruit il fait le... euh... c'est quoi CA ?"

J'ai craqué pour la petite ferme en peluche de chez Eaki pour le Mogwaï. On déballe en rentrant à la maison, Mogwaï apprécie bien, on fait les cris des animaux, mais là se pose un problème.



Alors ça a la taille du chat (qui est dans la ferme mais pas sur la photo). Ca ne ressemble pas *du tout* au mouton à côté, c'est moitié moins grand que le veau... Un pincher nain alors ? M'enfin qui aurait pris un bus dans le coin de la figure hein.

vendredi, 26 juillet 2013

Papillon

La bavette du Mogwaï ferait tout de même un bon test de Rorschach parfois.

mercredi, 24 juillet 2013

Note pour plus tard...

... ne plus laisser jouer le Mogwaï avec le pot d'oignons grillés au dessus du tapis Eaki à poils supers longs. Non parce qu'une fois qu'elle s'est ouverte (et que tu l'as vu venir à des kilomètres) il faut avouer que c'est relou.

mardi, 23 juillet 2013

WTF

Il semblerait que la mode soit aux couleurs fluos.

samedi, 27 avril 2013

Smurf killer

- Il joue avec quoi, ton fils, là ?

- Un fluo bleu.

- ... OK.

- ...

- Et donc s'il finit la tronche bleue en mode "j'ai bouffé des schtroumpfs", c'est qu'il aura trouvé comment ouvrir le capuchon.

mercredi, 17 avril 2013

Arme bactériologique

Sans rire. La poubelle de couches mortes devrait être interdite par la convention de Genève.

vendredi, 29 mars 2013

Allez, allez, jamais deux sans trois ?

Cela fait deux nuits que le Mogwaï dort de 20h à 6h30 du matin sans aucun réveil intermédiaire. Les premières depuis 9 mois. Ce soir sera-t-elle la 3e ? On y croit, on y croit !

(et non, je n'ai même pas eu peur en me levant le matin : je suis tellement épuisée et j'attends ça avec tant d'impatience qu'en me réveillant, j'avais l'impression de n'avoir dormi que 3/4h, comme d'habitude ^^)

Bon, maintenant, l'objectif c'est que ça tienne pour les 18 prochaines années. C'est que j'ai du sommeil à rattraper moi !

dimanche, 3 mars 2013

Sens de l'à-propos

Non mais quand même, Canal + qui lance sa campagne de pub pour la saison 2 de Borgia en pleine période de démission papale, je trouve ça parfait.

dimanche, 17 février 2013

Coup de vieux

Ca nous a pris par surprise, comme ça, bim :

"Et sinon, tu penseras à acheter des tisanes ?"

Ouais. Les premiers pisse-mémé qu'on achète nous, sciemment. Je crois que le manque de sommeil chronique a raison de la vaillance de notre jeunesse.

vendredi, 1 février 2013

Matraquage débilitant

En ce moment, le premier canal de votre boîte à images, cette "chaîne" abrutissante au possible, sort l'artillerie lourde en terme de pub. Et là, on sent qu'ils ont les moyens : depuis deux ou trois jours, partout, je vois fleurir de magnifiques 4x3 avec cette affiche (non, je n'afficherai pas cette bouse en direct sur mon blog). Mais quand je dis "partout", je ne plaisante pas. Quasiment un tiers des panneaux publicitaires de Nancy (ou en tous cas sur mon trajet domicile-travail) a été envahi par cette pub. Même sur les modèles "déroulants", horreur, quand on pense en être libéré, l'affiche suivante, rebelote. Et pour être sûr qu'on ingurgite bien le message, quand il y a deux ou trois panneaux côte à côte, on les squatte tous (et on a un bonus s'ils sont déroulants et qu'on a au moins deux images sur les trois disponibles).

Déjà que de base je trouve la pub sur ces magnifiques panneaux envahissante et laide à pleurer, là, je ressens ça comme une espèce d'agression, d'invasion de mon espace vital. C'est très dérangeant. D'autant que l'image en elle-même me rappelle énormément des films de SF dominés par des régimes dictatoriaux, qui dirigent les masses dociles et abruties par le flot de niaiseries qu'on leur fait ingurgiter au quotidien (le dernier exemple que j'aurais en tête serait Hunger Games -pas transcendant, mais l'ambiance colle - mais j'ai plein d'autres films sur le bout de la langue sans parvenir à remettre un nom dessus) : ce schéma de couleur noir et rouge, avec l'éclairage type "feu", les sièges au design futuriste... 

Quant au contenu... la pub cible une énième émission de télécrochet - qu'est-ce qu'on ne va pas inventer pour satisfaire les téléspectateurs avides de nouvelles idoles d'un jour à vénérer - avec un jury composé de stars qu'on ressort du placard pour l'occasion... Ca colle plutôt bien finalement au sentiment que me laissait la charte graphique précédemment analysée : donner du "divertissement" aux "masses" placides.

"Du pain et des jeux" disaient les romains. On y est toujours finalement. Simplement, les jeux ont changé de forme, de média. Et de voir un tel matraquage publicitaire pour ce genre d'émission, sincèrement, ça m'a mise mal à l'aise. Je me suis demandée où on allait. Suis-je la seule à trouver écœurant ce forcing visuel qui, à force de nous bourrer le crâne, aimerait nous faire croire qu'en fait, on a "envie" de regarder cette émission navrante, que c'est "bien", qu'on "aime ça" ? Est-ce qu'en réalité mes potes et moi on ne serait pas des exceptions parmi les masses bêlantes qui regardent la Star Ac', Les Chtis à Mykonos/Miami/Ouarzazate/Jementamponnelecoquillard ? Si ce genre d'émission est vraiment ce qu'attend la majorité de la population, moi, ça me fait peur. Et qu'on envahisse mon quotidien avec un quasi monopole publicitaire, ça fleure bon la dictature médiatique. Sérieux, c'est hallucinant.

Désolée si le propos est un peu décousu, j'ai eu un peu de mal à mettre des mots sur le malaise qu'a engendré pour moi cette campagne de pub. Je serais intéressée de connaître vos avis ou ressentis sur la question.

mercredi, 30 janvier 2013

"Un enfant malade à la maison, c'est une pendule qui s'arrête...

... On ne sait plus quelle heure il est, ni quel jour de la semaine démarre ou se termine."

Je reprends les mots de Sway sur ce post, que j'avais trouvé très beau. 

Mogwaï est malade, c'est déprimant de ne pas savoir comment le soulager...

jeudi, 24 janvier 2013

Gare aux doigts

Elle est là, tapie dans l'ombre... On ne la voit pas, on ne sait pas qu'elle s'est embusquée... Mais elle attend son heure. Au moindre signe de faiblesse, dès qu'on baissera la garde, elle fondra sur nous pour nous défoncer notre ptite mouille.

La première dent du Mogwaï est arrivée.

Fini de rire. On ne met plus les doigts dans la bouche en lieu et place de Tototte. On ne se laisse plus sauvagement mordiller le menton. On ne laisse plus son nez à portée de machouillage-bisouillage (oui, c'est un truc étrange, mais ça l'éclate).

Bien trop dangereux les amis, bien trop dangereux.

vendredi, 4 janvier 2013

Montaaagne de Cookies !

Depuis que le Mogwaï est là (y compris dès la phase "baleine"), j'essaye de manger plus sainement, et donc de refaire un peu la cuisine de temps à autre. Il ne faut pas rêver non plus, j'ai bien du mal à faire ça régulièrement, mais quand ça me prend - souvent quand on reçoit ou qu'on va manger chez des gens - pouf, je fais des trucs. Et Dou est un peu pareil. Du coup, durant les fêtes, on s'est un peu amusés car on devait voir plein d'amis : c'est ainsi qu'en une journée, une montagne de cookies est née. Je mentirais si je disais "on". Moi j'ai surtout fait du coaching Mogwaï en parallèle, mais ça compte aussi. En attendant, comme les recettes étaient bonnes, je partage !


- cookies rhum-raisin, vraiment délicieux.

- cookies pépites/flocons d'avoine : les flocons d'avoine allègent vraiment la recette "classique", c'est super agréable

- les cookies aux M&M's : un peu sucré à mon goût mais sinon très fun. On envisageait de retester avec des smarties, mais je pense que perdre le goût de cacahuète serait dommage

- cachés derrière, y a des muffins aux pommes tous fondants, délicieux

A vos fourneaux !

Au passage, j'en profite pour faire de la pub pour le Groupikat Club, le blog de trois cuisinières amatrices qui ont trois "cuisines" très complémentaires, de très bonnes recettes, et surtout toujours beaucoup de bonne humeur.

Et puis pour ceux qui aiment les challenges, ou tout simplement les belles choses à manger, allez jeter un oeil sur le gâteau hommage à Burton (clic sur l'image pour aller voir la vidéo, vraiment, ça vaut le coup d'oeil).


jeudi, 27 décembre 2012

Joyeuses fêtes !

En retard pour Noël mais pas pour Nouvel An, je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. L'apocalypse ne nous a pas eus, ça va donc être reparti pour un an de plus !

jeudi, 20 décembre 2012

C'est la vie...

Quand nous sommes allés en Irlande l'an dernier, nous sommes allés visiter Inishmore, l'une des îles à l'ouest de Galway, dans l'Océan Atlantique. Arrivés sur place avec le bac, nous nous sommes laissés tenter, une fois n'est pas coutume, par "l'attrape-touriste" de première : les petite calèches tirées par des chevaux rustiques pour faire le tour de l'île. Et au final, nous n'avions pas regretté notre choix car, tout attrape-touriste qu'était l'attraction, notre guide, lui, était génial. Un local, qui connaissait son île, ses secrets, et les partageait. Un gars au visage buriné par les vents qui battaient les terres rases d'Inishmore, à la peau tannée par le soleil mais aussi la pluie à force de promener des touristes par tous les temps. Un homme qui n'avait pas été épargné par la vie non plus, et qui dans le regard duquel on sentait une certaine sagesse. John nous avait raconté son île, c'était magique. Et souvent, revenait une phrase clé, comme une litanie, qu'il nous servait avec son accent à couper au couteau : "That's the way it is..."

Une vérité universelle, absolue, contre laquelle on ne peut pas aller.

Aujourd'hui, nous, jeunes parents, avons la nôtre, de vérité universelle. La réponse à toutes les interrogations concernant notre fils. Et d'ailleurs, sa nounou confirme. Il dort mal ? "C'est les dents". Il a des rougeurs ? "C'est les dents". Il bave beaucoup ? "C'est les dents". Il mord tout ce qui passe à portée ? "C'est les dents".

En attendant, elles ne sont toujours pas là, les dents. Et ça fait trois mois que "c'est les dents".
Et quand elles seront là, quelle sera notre nouvelle vérité universelle ? L'incertitude est le quotidien des jeunes parents.
That's the way it is.

vendredi, 14 décembre 2012

Théorie de la relativité

Avant Mogwaï, une nuit de 5 heures, c'était une petite nuit, et j'en étais à me dire "c'est plus de mon âge".

Depuis Mogwaï, une nuit de cinq heures, c'est la mégateuf, l'exception, le nutella sur mes tartines, le rayon de soleil à travers les nuages lorrains. C'est la première depuis son arrivée, quel évènement.

Imaginez le billet dont je vais me fendre quand il fera sa première nuit complète.

Comme quoi, tout est une question de relativité.

- page 1 de 4