::Un petit coin de banquise::

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, 21 février 2014

Fournée de liens

Allez zou, en vrac, quelques liens qui me plaisent bien en ce moment...

- un court métrage de Pixar, super poétique : La Luna

- le blog de cuisine des GrouPiKat, recettes abordables par tous, pour tous, et rempli de bonne humeur

- "Le Centième Continent", le blog d'un copain traitant de JDR, avec pas mal de ressources, des récits de campagnes...

- "La grande Guiguette", le blog de Sebarch et Bliscocotte, qui se lancent dans l'aventure de la réhabilitation complète d'une ancienne bâtisse et nous font partager leur aventure, entre rêves, envies, concepts et réalité du terrain.

- vous l'avez sans doute déjà vue, mais cette vidéo d'animaux origami en mouchoirs en papier est magique.

- Art of Swords : de magnifiques portraits de bretteurs, toutes armes et époques confondues.

- "larpers of sweden" : un tumblr très régulièrement mis à jour, qui est une mine d'inspi et d'émerveillement pour les GNistes ^^

- le Flickr de Aleshurik : de splendides clichés à la lumière dorée des paysages russes.

A plus !

dimanche, 24 mars 2013

[Tuto] Loup garouuuu !

Je vous avais promis des news dans mon dernier billet... Les voilà ! Il me fallait attendre que ce costume apparaisse en jeu pour garder la surprise avant de vous le présenter. Puisque notre petit loup a joué sa scène hier soir, nous pouvons donc faire les présentations ! Nous sommes partis de ce tutoriel pour attaquer notre costume :



Mais une fois la structure faite, nous sommes passés en roue libre. Voici donc les différentes étapes.

Tout d'abord, le matériel :

  • du stérodur épais
  • du fil de fer rigide
  • un pistolet à colle
  • de la fausse fourrure (des chutes ça le fait bien)
  • de la pâte fimo (3 à 4 petits pains carrés, la couleur importe peu si on les peint, sinon prévoir noir/blanc/beige/rouge ou rose)
  • de la peinture (+ pinceaux, protections de plan de travail, palette)
  • des élastiques "de bureau"
  • de l'élastique large au mètre
  • de la bande plâtre (1 bande de 2m*10cm pour nous, c'était tout juste)
  • des ciseaux
  • un cutter avec de bonnes lames
  • de la super glue universelle
  • une paire de vieux gants noirs
  • du papier aluminium
  • une tenaille
  • de la vaseline ou du film étirable transparent
  • un marqueur
  • une craie
  • agrafeuse
  • un four
  • rouleau à pâtisserie
  • planche à découper
  • fil + aiguille
  • une grosse pression ou un scratch
  • une tondeuse à cheveux (facultatif)


La première étape (pas de photo publiable^^) consiste, comme dans la vidéo, à réaliser un masque en plâtre du futur porteur du costume. Nous avons donc plâtré la tronche de Dou pour obtenir un masque en deux parties : l'avant de la tête jusqu'au nez pour la partie supérieure puis la mâchoire inférieure.

Note : il est essentiel de se protéger sous le plâtre. Dans la vidéo ils proposaient de la vaseline (ou un truc approchant), nous on a simplement pris ce qu'on avait sous la main, à savoir du film transparent (pour la cuisine). On entoure donc la zone à plâtrer (ici d'abord tout le haut de la tête, puis idem pour le bas). Ne pas hésiter à renforcer les zones qui vont recevoir des tensions (les côtés essentiellement).

Le plâtre sèche assez vite, donc on peut démouler rapidement pour libérer le cobaye enroulé dans du film transparent, mais il faut laisser sécher encore un peu.


Pendant ce temps, on prépare la structure en fil de fer métallique : une boucle se terminant pas des anneaux pour la mâchoire supérieure, une boucle se finissant par des crochets pour la mâchoire inférieure, et un arceau pour les oreilles. Le fil électrique se manipule très bien à la main, et on coupe l'excédent à la tenaille pour ajuster tout ça à la forme du masque plâtre.


Pour pouvoir commencer à manipuler plus facilement le masque, on a réalisé le support élastique pour le tenir sur la tête : avec l'élastique large de couture, on fait un anneau autour de la tête du porteur, qu'on fixe avec des agrafes (bon en vrai on devrait le coudre, mais pour un gain de temps, les agrafes c'est top. Bon, pensez bien à mettre le côté "piquant" à l'extérieur, on ne sait jamais. Ensuite on agrafe une bande à ce cercle pour reprendre le dessus de la tête (comme dans la vidéo), et on colle tout ça à l'intérieur de la partie supérieure du masque au pistolet à colle (une mise en place "à blanc" avec marquage des repères de collage au marqueur aide bien pour avoir un ajustement nickel).


Ensuite, on attaque le stérodur pour sculpter les deux mâchoires et les deux oreilles au cutter (pas besoin d'être trop minutieux, tout sera recouvert après, ça sert juste de support : l'essentiel est que les volumes pleins/vides soient corrects, mais rien à faire si votre taille des creux au cutter est complètement "crantée").

Pour cette étape, on a tout fait au feeling, en prenant les cotes directement sur la structure de fil de fer et en faisant des allers et retours entre le cutter et le masque.





Astuce : pour que le stérodur se cale bien sur le fil de fer, on a fait une petite rainure à environ 5mm du bord pour y encastrer le fil et renforcer la solidité de tout ça.

Les élastiques de bureau (bon moi je n'en avais pas, j'ai pris des élastiques à cheveux) permettent de tenir tout ça en place pour avoir un aperçu du rendu.


Une fois qu'on est satisfait de la volumétrie générale, on rebranche le pistolet à colle et c'est parti pour le montage. Comme on fait tout à l'arrache, on a ajusté le positionnement des différents éléments directement sur le masque, en prenant une nouvelle fois des repères au marqueur. On colle donc le fil de fer au stérodur (attention, c'est chaud pour les doigts, mais aussi pour le stérodur, aussi faut-il y aller par petites touches sinon ça fond), puis les ensembles "mâchoires" et "oreilles"sur le "casque de plâtre. Allez-y franco sur la colle, faut que ça tienne bien, et tout sera caché. Evitez juste les parties "mobiles" avec les anneaux et crochets en latéral, si vous voulez pouvoir fair bouger la mâchoire inférieure de votre loup quand vous parlez.





Bon, ça commence à ressembler à quelque chose, de loin.


L'étape suivante, c'est la pâte fimo : comme le stérodur, c'est génial pour donner du volume, mais c'est merdique pour y faire des finitions, on va "sculpter" toutes les parties apparentes sans poil en pâte fimo (ça se trouve en foire fouille, magasins de loisirs créatifs etc...). On ramollit la pâte en la chauffant entre ses mains puis on l'abaisse au rouleau à pâtisserie pour obtenir une surface plane d'environ 1 ou 2 mm d'épaisseur (pas moins sinon ça casse à la cuisson). Ensuite, on modèle ça pour prendre la forme de l'intérieur des oreilles, et de l'intérieur de la bouche (qu'importe la couleur, on va le peindre ensuite). On déborde bien sur les bords du stérodur en anticipant l'endroit où on fera plus tard la jonction avec la fourrure.

Le prob de la pâte fimo, c'est que tant que ce n'est pas cuit, ça reste mou. Et donc pour réussir à la cuire avec la bonne forme, j'étais un peu embêtée... Ca ne "tenait pas" en forme d'oreille si je le sortais du stérodur... Du coup, j'ai pris du papier alu et ai modelé un "support" le plus approchant possible de la géométrie du stérodur (intérieure s'entend, je veux juste que ma pâte fimo ait une forme approchant le final).




Une fois que c'est prêt, hop, au four (préchauffé) à 110°C pendant 30mn.


Pendant que ça cuit, on sculpte le reste : la truffe (on peut s'aider d'un cure dent pour les détails), la langue, mais aussi les dents. Pour les dents, on a pris de la pâte fimo blanche et fabriqué de la rose pour les gencives en mélangeant de la blanche et de la rouge, dans le but de ne pas avoir à peindre cet élément par la suite : c'est minutieux si on ne veut pas baver, alors on va s'économiser cette peine (oui car évidemment on était un peu court pour la réalisation du costume, sinon c'est pas drôle). Donc les bonnes couleurs pour les dents + gencives, le reste on a peint.







Astuce : pour les parties qu doivent s'encastrer dans le stérodur, je vous conseille de les coller (toujours au pistolet à colle) disrectement sur le masque car tant que la pâte fimo est encore chaude, elle garde une légère souplesse, qui permet d'ajuster en "forçant" à la colle la mise en place dans le stérodur (parce que fatalement, nos petits moules-supports en papier alu, ils n'ont pas exactement la même volumétrie que le masque final). Il est toujours temps de peindre après.


Une fois tout ça monté, ça commence à être un peu plus effrayant :



(oui, bon OK, avec mon gabarit de crevette, on repassera pour le côté effrayant).


Avant d'attaquer la suite, on a ajusté la "tension" du masque en rajoutant des élastiques de couture pour relier la mâchoire inférieure à la supérieure (collage au pistolet à colle), ce qui permet d'avoir plus de répondant au mouvement.


Vient ensuite le moment de poser la fourrure. Là on ne savait pas trop par où commencer, mais on a improvisé, comme d'hab. Du coup on a commencé par les oreilles (découpe "sur le vif" en prenant ses marques direct sur le masque, collage au pistolet à colle par petites bandes puis découpe de l'excédent au cutter, délicatement). Puis on a pris une chute de fourrure un peu large (attention au sens du poil) qu'on a mis en place pour couvrir le haut du masque (du départ du museau jusqu'à l'arrière de la tête, grosso modo). Pour l'ajuster proprement, on a dessiné à la craie sur l'envers du tissu la forme des oreilles qu'on a percées afin de mettre la fourrure à plat sur le crâne. Ensuite "pistolet à colle mon ami", en partant de l'axe de la tête (un trait de colle entre les deux yeux, du museau au front) puis en descendant le long des joues. On découpe ce qui pend aux ciseaux, et on ajuste les "joues" en tirant le tissu vers l'arrière en faisant un pli le plus esthétique possible. C'est très empirique, je vous l'accorde volontiers. On fixe les plis du tissu à l'agrafeuse (oui, toujours parce qu'on est des feignants, il serait mieux de mettre un point de couture pour la solidité).


On réitère l'opération "découpe sur le vif"/collage pour les deux mâchoires (nous on a fait le raccord sous le museau pour la supérieure, afin de virer l'excédent de tissu à un endroit qui ne se verrait pas).

Note : Attention à toutes ces étapes, le pistolet à colle, c'est vraiment chaud, et on s'en met plus d'une fois sur le doigts. Lorsque vous collez sur le stérodur, préférez mettre la colle sur le tissu plutôt que le stérodur : le temps d'appliquer la fourrure sur le support, elle aura très légèrement refroidi, ce qui fait moins fondre votre stérodur.


On avait oublié de coller la langue et on profite de notre pistolet à colle chaud pour le faire.





On arrive enfin aux finitions : on coud la pression à l'arrière sur les pans de tissu qui flottent pour refermer ça proprement tout en permettant au porteur du costume de s'équiper facilement, et on dégaine la tondeuse à cheveux : on tond les mâchoires pour obtenir un poil un peu plus ras et, surtout, le contour des yeux et l'intérieur du masque, pour que notre garou voie correctement et soit un peu plus confortable.


Pour compléter le costume, on a bricolé vite fait des pattes. Maintenant que vous êtes rodés, c'est de la rigolade, alors je la fais rapide : on prend ses vieux gants noirs. On colle sur le dessus une bande de fausse fourrure dans laquelle on a découpé les 4 doigts (cette fois j'ai opté pour la super glue plutôt que le pistolet à colle, j'avais peur que celui-ci ne rigidifie trop l'ensemble) et on ajoute une bande sur le dessus du pouce.

On prend de la pâte fimo beige ou blanche (il ne nous restait que du beige) et on sculpte dix griffounettes (pas trop acérées tant pour la sécurité que pour éviter la casse à la cuisson... de toutes façons, ce n'est pas évident d'avoir des angles vifs avec la pâte fimo) en prévoyant une sorte de "bourrelet" à l'extrémité des doigts. Hop, au four, 110°C/30mn.




On perce très légèrement le bout des doigts (du gant) au cutter (genre 4/5mm de large) puis on passe les griffes en fimo par l'intérieur des du gant. On force pour sortir les griffes, et le "bourrelet" se charge de les bloquer en fond de doigt. Pas besoin de colle, ça tient tout seul.


Et hop, voilà, en deux temps trois mouvements, de belles papattes de loup garou.




Portez le tout avec des fringues déchirées ou une bonne veste militaire et un jean usé, ça fait son petit effet ^^




Coût total du costume : à vue de nez moins de 15 euros (on a pas mal de chutes et matos à la maison) - 7 euros de pâte fimo, 4euros50 de bande plâtre, le reste c'est tout de la récup.


Temps total : Une soirée à 2 (pour tous les ajustements "sur la bête", et la manipulation du masque pour le collage, 4 mains ne sont pas de trop) et une soirée seule pour les finitions et les pattes.


Au final, on s'est bien amusés, on a appris plein de techniques, pour un coût très correct et un temps passé tout aussi raisonnable. Faisez des GNs, ça vous donne l'occasion d'apprendre plein de choses !