::Un petit coin de banquise::

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 13 août 2012

Mise à jour BDphile

Cela faisait un petit moment que j'avais mis en pause mes lectures et achats BD, accumulant même, quelle honte, une petite pile de BD achetées ou prêtées "en attente de lecture avant rangement". J'ai plutôt bien rattrapé mon retard cette semaine, et je partage quelques avis...

> Carmen McCallum tome 12 : l'eau du Golan - Duval/Emem/Froissard - éditions Delcourt


Un opus dans la veine du précédent : on retrouve le scénario bien SF-cyber comme on aime, avec une Carmen efficace et cynique. J'ai eu le sentiment que les évènements s'enchainaient très (un peu trop ?) vite dans cet opus, mais peut-être est-ce dû au fait que je ne me suis pas rafraichi la mémoire en relisant au préalable le début du cycle. Pas mal de renvois au reste de l'univers développé (Carmen premières missions et Travis) plutôt agréables, qui donnent un sentiment de cohérence globale, de maîtrise de l'univers. Côté dessin, j'ai toujours un peu de mal à me plonger dans les premières planches (je reste une afficionado du trait de Gess) mais on s'adapte assez bien après quelques pages. Un bon opus donc, au global.

> Pyongyang - Guy Delisle - éditions L'Association

Sorte de carnet de voyage de Guy Delisle en Corée du nord dans le cadre de son travail, ce très bon ouvrage enchaîne les anecdotes et observations, avec humour et sincérité... Un éclairage très intéressant sur ce pays si fermé et dont on ne sait pour ainsi dire rien. Très réussi !

> Billy Brouillard tome 3 : le petit garçon qui ne croyait plus au Père Noël - Bianco - Editions Soleil, collection Métamorphoses


Il y a un bon moment, je vous parlais avec enchantement du tome 1 de ce petit bijou... Entre temps, un tome 2 était sorti, ne faisant pas suite au premier opus mais présentant un coffret de délicieux contes dans le même univers, que j'avais dévoré (mais avais omis d'en parler ici). Voici donc venir le tome 3 du talentueux Guillaume Bianco, et la qualité est toujours au rendez-vous. Ce tome fait suite au premier (il est d'ailleurs sur le même format, là où le recueil de contes proposait un coffret bien plus petit), redémarrant avec l'histoire de Billy et son chat Tarzan... Toujours autant de poésie, de mystère, l'album mêle BD moderne sans cases, poèmes, citations, extraits de l'encyclopédie cryptozoologique de Billy... Bianco réussi avec brio à nous replonger dans son délicieux mais sombre univers, mêlant superstitions, peurs d'enfant et merveilleux tel un magicien. Vous l'aurez compris, je suis toujours aussi conquise par cette série dont la qualité ne se dément pas. Encore !

> Courtney Crumrin tome 5 : l'apprentie sorcière - Ted Naifeh - Editions Akileos

Ici encore, une série de qualité constante : le dessin noir et blanc de Naifeh est toujours aussi époustouflant, l'univers sombre, riche et prenant, mais le rythme parfois un peu haché ou précipité, sans doute en raison du format comics. Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une très bonne série, que je vais continuer à suivre au vu des derniers développements de ce tome. A noter que deux hors série sont sortis, mais je n'arrive plus à remettre la main sur le premier que j'ai lu il y a un bail et le deuxième est en cours de réapprovisionnement chez mon dealer de BD...

> Là où vont nos pères - Shaun Tan - éditions Dargaud

Pour le coup, il s'agit plus d'un roman graphique que d'une BD à proprement parler, mais il s'agit là d'un petit bijou ! Cette histoire d'un père quittant sa famille vers un nouvel eldorado, le tout dans un très délicat et poétique univers imaginaire, est un hommage à toutes les vies des immigrés à travers le monde. Le dessin au crayon est très doux mais sait affirmer la force des émotions quand il le faut, et les doubles pages, telles des tableaux, alternent avec des pages emplies de petites vignettes décomposant les mouvements, passant de la contemplation d'une image à l'impression de voir les scènes clés d'un dessin animé, chaque cassure de rythme servant l'émotion du récit... Une petite perle sans paroles, à lire au calme pour se laisser submerger et embarquer dans cet univers.

> Goblin's tomes 1 à 5 - Roulot/Martinage/Esteban - éditions Soleil

Ils sont bêtes, méchants... et irrésistibles. Voilà une série bien plus légère que les BD citées plus haut : les goblin's sont délicieusement crétins, et chaque petite aventure parlera forcément au rôliste ou amateur de fantasy qui, je n'en doute pas, est en vous. Les strips sont bien sentis, cruels et drôles et nos gobelins en prennent plein les gencives du début à la fin. Le gobelin étant par essence le lapin crétin de la fantasy avant même l'invention des lapins crétins justement, il y a vraiment matière, et ces 5 tomes se lisent vraiment bien. Un dessin efficace et punchy ne gâche rien, le tout me rappelant l'esprit du fameux mais ancien "La quête des réponses" de Morvan, Buchet et les color twins. Une bonne tranche de rigolade, qui plaira sans doute au Grozorcver s'il ne connait pas déjà ^^

> Nains ! tome 1 - Jarry/Deplano/Sternis - éditions Soleil

Surfant sans doute sur la vague des goblin's précédemment présentés, Soleil nous gratifie d'une nouvelle série basée sur le même principe que les petits crétins verts sacrifiables : un dessin approchant, des strips humoristiques en une page... Mais la sauce peine à prendre. Là où on se laisse prendre au jeu de l'humour grinçant, stupide et sanguinolent des gobelins, les travers des nains ne font pas mouche à tous les coups. Quelques strips fonctionnent bien, mais l'ensemble reste très planplan. Bref, c'est gentillet, ça se laisse lire, mais ce n'est franchement pas exceptionnel. Gardez vos sous pour les titres précédemment présentés.

Et voilà pour la petite revue du moment !

samedi, 17 avril 2010

Les lectures de Mémé Light : Elinor Jones

Enfin je trouve un moment pour vous parler un peu des dernières découvertes BD, livres etc... Alors on va commencer par celle que j'ai annoncé il y a quelque temps, concoctée par la toujours si talentueuse Algésiras côté scénario, et illustrée par la non moins brillante Aurore.

ElinorJones_01.jpg

Alors certes, de base, je suis partiale, vu que j'ai toujours aimé les productions d'Algésiras, et que j'achète à chaque fois les yeux fermés toute BD portant son nom. Quant à Aurore, je n'avais pas suivi son travail depuis des lustres (je m'étais arrêtée à Aurore "Black Cat" avant qu'elle ait de publication officielle), et je dois avouer que j'ai été agréablement surprise par l'évolution de son trait que je n'avais plus vu depuis un moment...

Un petit résumé, pioché chez Audrey Elwett, la directrice de la collection Strawberry, chez Soleil, qui publie Elinor (1er tome sorti en Janvier 2010 et d'ores et déjà relancé en impression, ça marche bien ^^) :

Dans l'Angleterre victorienne, Elinor est embauchée par une célèbre maison de couture, où la jeune surdouée Bianca est réputée pour ses créations. Ici, on fabrique du sur-mesure pour Mesdames les Baronnes et Duchesses et les commandes de bal sont les plus importantes. Il faut travailler dur et toujours se montrer novateur pour gravir les échelons de cet étrange harem.
Mais les personnages ne sont pas ce qu'ils semblent être et le secret d'Elinor pèse si lourd...



Voui, alors pour ceux qui ont plus l'habitude de me lire sur des BD type McCallum ou Yiu, genre à peine bourrin, ça change. Mais franchement, la douceur et la sincérité de la BD m'ont conquise : le dessin d'Aurore s'est beaucoup adouci par rapport à ce dont je me souvenais, le côté manga reste toujours présent, mais moins anguleux, et les palettes de couleurs pastels servent à merveille le scénario bien huilé d'Algésiras... Un sujet et un univers très féminins, dans lequel pourtant, on sent poindre, au fur et à mesure du récit, une menace sourde, une tension... J'ai beaucoup aimé cette ambiance de huis clos où le rythme est vraiment maîtrisé. Je tire mon chapeau à Algésiras qui, une fois de plus réussit à me faire aimer un sujet de filles alors que je ne m'y attends pas, et qui, en bonus, arrive à glisser en BD sa passion pour les BJD. Bravo donc, et vivement la suite.

Pour fêter ça, un petit crobz humblement pondu hier soir parce que, quand même, j'ai décidé qu'ici, ce serait un blog graphique, voire BD, alors si je ne peux pas tout raconter en BD (c'est long et pas simple suivant les sujets), au moins, je posterai une illustration ou un fanart à chaque fois. En plus, pour le coup, ça m'a vraiment fait plaisir... J'espère que ça te plaira, AL.

elinor.jpg

dimanche, 29 mars 2009

Le don de trouble vue

Moui moui, pas de nouvelles depuis une semaine, c'est mal, je sais, mais j'étais absente le WE dernier, et on a eu une petite charette cette semaine, suivie d'une voyage en Allemagne avec mes étudiants de 3e année (je ne sais même plus si je vous avais dit que j'étais assistante avec les élèves de 3e année de l'école d'archi en projet urbain...). Bref, j'ai eu fort à faire et ai dormi assez peu ces derniers temps, et ai lu encore moins... Je suis un peu à la ramasse pour les petits résumés et coups de coeur que je voulais partager avec vous, mais ça va venir.

Pour faire les choses dans le désordre le plus complet, je vais vous parler du tout dernier que j'ai lu, fini il y a moins d'une heure, "Billy Brouillard" et le don de trouble vue". Un coup de coeur énorme. Acheté par curiosité malgré ses 22€ chez mon dealer de BD préféré, je me suis plongée avec bonheur dans cet espèce d'ovni de 140 et quelques pages...



Billy Brouillard n’est pas un gamin comme les autres. Il préfère «les nuits obscures aux jours de clarté», «la pluie froide au bleu du ciel», et adore «noyer les fourmis dans de la bave au chocolat». Bref, le mouflet n’est pas toujours rassurant et pourrait être un nouveau rejeton de la famille Addams. Il croit posséder «le don de trouble vue» qui lui permet – sans les lunettes dont il aurait besoin – de distinguer un monde parallèle. L’intérêt du gamin pour le glauque atteint son apogée lorsque son chat Tarzan passe l’arme à gauche. Il devient alors obsédé par la mort, espérant du Père Noël des réponses à ses questions existentielles…

(résumé BoDoï)

Au commandes, Guillaume Bianco, qui nous immerge dans son univers grâce à une parution chez Soleil. D'habitude, je prêtais plus à Soleil des héroïnes... généreuses, des héros... de caractère, pour des univers généralement héroïc fantasy ou SF assez convenus. Je ne dis pas que je n'aime pas, j'ai trouvé de très bonnes séries chez Soleil, mais il est vrai que globalement, je donnais un peu une image stéréotypée à cette maison d'édition. Sauf que voilà. Sous la houlette de Barbara Canepa (Scénariste de Skydoll, pour les incultes), Soleil semble s'ouvrir à d'autres types de productions et vient d'inaugurer une nouvelle collection, intitulée "Métamorphoses", et dont Billy Brouillard est le premier album. Et quel album mes amis !

Billy Brouillard est tout ce que j'aime. Un dessin léché mais décalé, qui change du standard "grand public", avec son dessin à l'encre, son rythme étrange, son univers personnel et riche... J'adore j'adore j'adore. Ce n'est pas seulement une BD que vous avez entre les mains, c'est une tranche d'univers. Bien sûr, il y a une histoire, déroulée sur les 140 pages. Mais elle est entrecoupée par des poèmes, des histoires courtes, des extraits d'encyclopédie de cryptozoologie à la fois improbables et touchants, stimulant l'imaginaire de l'humble lecteur avide de rêve, des articles de la Gazette du Bizarre... Le tout nourrissant et enrichissant le récit qui se poursuit en fil rouge, apportant des précisions supplémentaires sans pour autant casser le rythme du récit. C'est délicat, intelligent, ciselé. Un vrai bonheur. On se laisse emporter sans résister dans le monde étrange de Billy Brouillard, on se prend à reconsidérer sa propre réalité, on repense à tous nos jeux d'enfants, nos réalités imaginaires qui nous émerveillaient tant. Je crois et j'espère n'avoir jamais mis mes lunettes et gardé mon don de trouble vue.

Je meurs d'envie de vous recopier ici quelques extraits ou vous révéler quelques pages de ce petit bijou, mais je crois que ce serait vous gâcher le plaisir. Précipitez vous sur Billy Brouillard, car vous l'aurez compris, c'est une plongée dans l'imaginaire délicieuse. Et si Métamorphose nous propose d'autres albums de cette qualité par la suite, je crois que je vais dédier une bonne place dans ma bibliothèque à ces petites perles. A surveiller, assurément (d'autant plus que des rumeurs annonceraient une suite à Billy Brouillard pour la fin de l'année"

mercredi, 31 octobre 2007

Opération promo Yiu PM

Comme je le disais précédemment, le prochain Yiu Premières Missions sort le 21/11. Et pour fêter ça, nos auteurs chéris nous ont concocté un ptit évènement, jugez plutôt !

Rendez vous sur le site WWW.YIU.NET le lundi 5 novembre à 23h59 ! Les auteurs (Tehy, Vax, Jm vee et Stambecco à la couleur) afficheront la moitié de l'album EXFILTRATION GEISHA sur le site durant 30 minutes, en cadeau pour les plus impatients, et particulièrement pour tous les YIUnautes si actifs sur le forum.


Donc dans la nuit de lundi à mardi, grosse affluence à prévoir sur yiu.net ^_^.

En bonus, nous avons même droit à une affiche promotionnelle :

vendredi, 26 octobre 2007

Maintenant je peux me la péter grave

Comme me l'a très justement fait remarquer Badiuth, c'est le titre que j'avais proposé qui a été retenu pour le prochain Yiu Premières Missions : Exfiltration Geisha. *fièrefière* Vous croyez que je dois les harceler pour un cadeau ? Mon poids en bd chez soleil (part se goinfrer) ? Un voyage au Japon ? Le corps de Vax pour une soirée "que j'en fais ce que je veux" (je vous vois venir bande de pervers, mais je vais le faire dessiner toute la nuit hinhin!) ? Un dessin exclusif ? Un figurine Yiu gratos ? Un corps pour ma BJD ? Naaan, je sais. Un paquet de dragibus géants (sont trop bons ceux-là °O°).

Trêve de plaisanteries, il sort le 21 Novembre, et au vu des images auxquelles on a eu droit en preview sur le forum, il va déchirer son macareux.

vendredi, 4 mai 2007

Déjà petite...



J'ai déjà dû vous parler de Carmen Mac Callum, l'une de mes séries BD préférées, par Gess et Duval, chez Delcourt. Mais je ne crois pas avoir parlé de la série secondaire, Code Mac Callum. Je me dois donc de combler cette lacune, étant donné que le tome deux est sorti il y a peu, et que je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter, parce que franchement, ça déchire son macareux.
Donc aux commandes, toujours Duval pour le scénario, histoire de bien coller à la série mère, et au dessin, Cassegrain, auteur du très bon Tao Bang. Le but de cette série n'est pas bien compliqué puisqu'il s'agit de raconter la jeunesse de notre mercenaire préférée (Moui, je sais ça fait un peu comme la série Nävis pour Sillage, mais je ne vais pas bouder mon plaisir quand même).
Mais loin d'être une série annexe, gentillette, histoire de faire vendre et donc d'alléger plus encore nos porte-monnaie déjà bien peu épais de fan, la série est vraiment agréable. Le dessin de Cassegrain se démarque vraiment bien de la série mère mais colle bien à l'histoire, marquant l'individualité de la série. Le scénario quant à lui est vraiment de qualité. Comme le diraient les Shadowrunners, cross et double cross, un peu de truands, de l'action, de l'humour, des sentiments, n'en jetez plus, tout est bon. Même sans connaître la série mère, je pense que Code Mac Callum peut être une très bonne découverte.

jeudi, 25 janvier 2007

Enfer et damnation

Y a Ted Naifeh en dédicace demain à Album rue Dante. Oui oui, l'espèce de ptit génie qui dessine Courtney Crumrin aux éditions Akiléos. Oui, mais demain, j'ai séance de travail de groupe pour la charette projet. Je suis DEGOUTEE.

lundi, 4 décembre 2006

Chroniques BD

Vu que je me suis fait un peu d'argent, je n'ai pas pu me retenir de faire un petit craquage BD. Parce que ça faisait longtemps. Et que je me suis restreinte quand même, même si ça a été *très* dur.

Tout d'abord, j'ai quelque peu comblé mes lacunes sur la série mère de Yiu en achetant les tomes 2 et 3. Je savais que je ne serais pas déçue. Le dessin/peinture toujours aussi épatant, l'histoire qui se déroule comme un fil... J'ai regretté de ne pas avoir craqué sur les deux derniers tomes qui me manquent, mais bon, il faut se mettre des limites, n'est-ce pas ? Je découvre Yiu encore plus violente et psychopathe que dans les premières missions (c'est dire), et sa relation avec son frère est de plus en plus attachante. Qu'est-ce qu'elle a la rage de vivre cette petite mercenaire tueuse !

Les chroniques de Sillage tome 4 : j'aime bien voir les héros que j'apprécie sous le crayon d'autres dessinateurs. Ce tome est dans la veine des premiers, avec quelques bonnes surprises et quelques déceptions. Je n'ai pas été enchantée par l'histoire de Barbucci et Canepa, over saturée de rose. Par contre, j'ai bien accroché sur la dernière. En fait, je trouve dommage le goût un peu réchauffé et résumé des épisodes précédents qu'on commence à retrouver dans cette mini série. C'est toujours sympa à lire, mais ce n'est plus un coup de coeur. Peut-être que je vieillis, allez savoir.

Coup de coeur par contre pour le tome 3 de Volunteer, de Springer et Sevestre, que j'ai enfin racheté. Je vous avais déjà dit plein de bien de cette série. Je vais en rajouter une couche. Ce volume clot magistralement la série qui est à mon sens un des must du genre. Je ne ferai pas de spoil sur l'histoire (d'ailleurs ne lisez pas les commentaires du blog de Springer et Sevestre, c'en est bourré ^^) car ce serait inhumain de ma part. Courrez l'acheter. Le scénario est très bon, le découpage dynamique, le rythme entrainant et le dessin a encore mûri depuis les derniers volumes. Foncez !

Bon et puis un ptit coup de pub, vite fait... Je n'ai pas encore lu l'album, mais il a été plébiscité un peu partout, et comme je traîne sur les mêmes forums que l'auteur, c'est normal ^^. Allez donc jeter un oeil sur Missy, de Svart, ça m'a tout l'air d'être encore l'une de ces BD qu'il faut absolument dans sa bibliothèque !

dimanche, 5 novembre 2006

Mémoire de poisson rouge...

Vendredi après midi, j'ai acheté Volunteer tome 3. J'étais aux anges.

Vendredi soir, j'ai oublié mon sachet contenant Volunteer tome 3 au café. J'ai trop les boules. Maintenant, faut que j'attende une semaine >_< pour le racheter, parce que je pars au fin fond du monde, loin de tout dealer de BD...